Aquellos ojos verdes date de 1929, composée par le Cubain Nilo Menendez, paroles d'Adolfo Utrero, introduite par Don Azpiazu et son orchestre Havana Casino; les paroles anglaises sont de E. Rivera et Eddy Woods, '31. No. 1 en '41 par Tommy Dorsey avec Bob Eberly et Helen O'Connell sur Decca, qui l'interpretent ici dans le film musical The Fabulous Dorseys de '47.

Green Door, '56, musique de Bob Davie, paroles de Marvin Moore. Le piano honky-tonk est joué par Jim Lowe, DJ et chanteur country. Elle a peut-être été inspirée par un club de musique populaire de Dallas où les enfants qui n'étaient pas autorisés à entrer traînaient devant une porte jaune. Le vert a probablement été choisi pour des raisons métriques et parce que la chanson a été enregistrée dans un appartement de Greenwich Village.

Beaucoup pensent qu'il a été inspiré par un restaurant et un bar à portes vertes appelé "The Shack" à Columbia, dans le Missouri, où Lowe avait étudié à l'Université du Missouri, mais Joe Franke, propriétaire de longue date du Shack, en doute, mais qui sait pourquoi ?

Une légende urbaine souvent répétée s'est développée, selon laquelle la chanson fait référence au premier club pour lesbiennes de Londres, le Gateways (1930-1985), qui se trouvait dans Bramerton Street à Chelsea. Il avait une porte verte et a été présenté dans le film The Killing of Sister George. Lowe n'en a probablement jamais entendu parler et n'a peut-être jamais été à Londres.

"The Green Door" est une nouvelle d'O. Henry tirée de son livre de 1906, The Four Million, mais l'histoire est totalement différente de la chanson et il n'y a probablement aucun lien.

Dans la nouvelle de H. G. Wells, "The Door in the Wall", considérée comme sa meilleure, dans le recueil de 1911 "La porte dans le mur et autres histoires", le protagoniste trouve une porte menant à un jardin enchanté, et le thème, le contraste entre la science dite rationnelle et l'imagination, est un thème sur lequel Wells revient souvent. Toute similarité ou connexion semble forcée et douteuse au mieux.

Behind the Green Door (1940, réimprimé en 1951) est un roman de mystère de Mildred Wirt-Benson, célèbre pour avoir écrit les romans Nancy Drew, dans lequel une porte secrète cache une activité illégale dans un hôtel de station de ski; il n'est pas question de musique ou de vice. Une connexion quelconque semble improbable.

Lors d'une recherche précédente, il y a quelques années, j'ai trouvé des informations indiquant que le secret mentionné derrière la porte verte était en fait de la marijuana, mais je n'ai pas pu trouver ça dans ma recherche actuelle, mais j'ai trouvé plusieurs dispensaires de marijuana médicale sur le net appelés Green Door.

Green Leaves of Summer, composée par Dmitri Tiomkin avec paroles de P.F. Webster pour le film The Alamo, '60, par les productions John Wayne, distribué par United Artists, mettant en vedette John Wayne, son fils Patrick, Franky Avalon, Linda Cristal, etc. 5 nominations pour Oscars: meilleur film, meilleure musique (Dmitri Tiomkin), meilleure cinématographie, meilleure chanson (la chanson ici), meilleur acteur de soutien. La version ici est de Kenny Ball et ses Jazzmen de '62 sur Kapp.

Débutant dans les années '60, composé par Benny Saber, avec paroles de Bob Noel, et Luralean Hunter comme voix principale, ce commercial charmant a continué jusqu'aux années '80. Luralean Hunter, chanteuse noire née au Mississippi en 1919, était relativement inconnue, mais a quand même eu une carrière respectable, largement à Chicago, où elle a grandi, et a été propulsée au beau milieu de la culture populaire des années '60 grâce à cette publicité.

Green Grass, '66, musique Tommy Boyce, paroles Susan Hudson, sur Liberty, dans le Meilleur 10.

Les arpents verts, '65-'71.

Le Frelon vert, '66-'67, ABC, TCF. La jolie demoiselle a l'air d'être Diana Hyland. Le thème musical est "Flight of the Bumblebee" de Rimsky-Korsakoff pour son opéra Le Conte du Tsar Saltan (Сказка о царе Салтане, Skazka o Tsare Saltane), composé en 1899-1900. La version radiophonique, où le Frelon vert voit le jour, créé par George Trendell et Fran Striker, diffusé de '36 à '52, utilisa le même thème, mélangé à un bourdonnement de frelon créé sur un thérémine, ainsi que les 2 séries cinématographique à chapitres de '40, The Green Hornet et The Green Hornet Strikes Again, de Universal, avec Gordon Jones dans le role de Britt Ried dans le 1er et Warren Hull dans le 2me avec Keye Luke dans le role de Kato et Anne Nagel dans le role de Lenore Case dans les 2 films. La version télévisée a été orchestrée par Billy May et dirigée par Lionel Newman, avec un solo de trompette d'Al Hirt. Le héro est un descendant du Lone Ranger, qui est basé sur une personne réel du nom de Bass Reeves, un shérif noir, dont le masque noir fait probablement allusion.