Affiché sept., 2022

Tico Tico et Girl from Ipanema sont également brésiliennes mais sont incluses dans Musique portugaise; Mas que nada, Chove chuva, et Sa Marina (Pretty World) sont incluses dans Brasil 66; et Aquarela do Brasil (Brazil) est dans Musique exotique.

 La Samba

 La samba est une danse de salon dérivée d'une danse en cercle afro-brésilienne, dominait la musique populaire brésilienne dans les années '40, popularisée en Europe occidentale et aux États-Unis dans cette même décennie. Caractérisée par des pas simples en avant et en arrière et des mouvements de bascule du corps, elle est dansée sur une musique en 4/4 avec un rhythme syncopé, bien que la forme moderne, débutant dans les années 1920, est principalement en 2/4. Les couples dansent sur place ou autour du salon, mais les partenaires peuvent se séparer pour exécuter des pas différents. Une des variantes précoces est le maxixe, qui était en vogue dans les années 1870-1914. D'autres sont le batuque (sorte de danse lente de groupe exécutée soit en cercle avec un soliste, soit en double ligne), la batucada (rhythme de carnaval), le sambaiao (samba combinée avec le baiao), la samba cançao (rhythmt lent pour accompagné les ballades), la marcha (marche de carnaval), l'embolada (samba rapide). 

 La Bossa Nova

 Cette danse et style musical était une création consciente au lieu d'avoir émergée dans les rues et salles de danse comme la samba.

 Ce n'est pas un hasard que la bossa nova est apparue à un moment où le cinéma nouveau, les nouveaux mouvements théâtraux au Brésil, l'architecture d'Oscar Niemeyer, et Brasília étaient en train de germer. C'était une époque où il y avait un assez fort sentiment de fierté nationale. João Gilberto, l'un des musiciens de bossa nova les plus titrés, a impressionné Antonio Carlos Jobim avec son nouveau style de jeu de guitare. Ensemble, ils ont écrit quelques-unes des premières chansons qui ont attiré l'attention du mouvement. L'enregistrement de Gilberto de «A Garota de Ipanema» (La fille d'Ipanema) est l'une des chansons de bossa nova les plus connues à ce jour, étant un succès mondial, remportant un Grammy et enregistré en anglais et en portugais par de nombreux artistes, et est devenue une fixture dans les lounges de cocktail, et a fait prendre conscience au public américain de la richesse de la musique brésilienne.

 La bossa nova, qui signifie littéralement «nouvelle bosse», mais avec «bosse» ayant la connotation de «vague», sur une musique en 2/4 avec un rythme syncopé, était un mélange de samba et cool jazz né d'une école de guitare formée dans le quartier de Copacabana à Rio en 1956. La gaieté de l'époque est évidente dans les paroles des chansons, qui décrivent avec désinvolture l'environnement des musiciens : plages, fleurs, ciel bleu, et belles femmes. La présidence de Juscelino Kubitschek, qui a divergé du modèle nationaliste de Getúlio Vargas et a diminué le contrôle de l'État sur l'industrie du disque, a été une période au cours de laquelle la classe moyenne avait plus de pouvoir d'achat, et l'industrie de la musique avait la possibilité de se développer.

 Les musiciens et amateurs de ce style, contrairement à de nombreux chanteurs de samba, faisaient partie de la classe moyenne carioca qui fréquentait les clubs de jazz et avait été exposée à la musique et aux films états-uniens. De nombreux auditeurs brésiliens ont critiqué l'influence perçue des États-Unis sur la bossa nova, surtout après le concert à Carnegie Hall par Jobim, Gilberto, Stan Getz, et Charley Byrd en '62, la considérant simplement comme une imitation du cool jazz. Jobim a rejeté cette opinion déclarant «Beaucoup de gens ont dit que la bossa nova était un phénomène américanisé. Je pense que c'est entièrement faux. Bien au contraire, je pense que ce qui a influencé la musique américaine, c'est la bossa nova. J'ai reçu des lettres et télégrammes de divers compositeurs illustres… disant que la bossa nova avait été la plus grande influence sur la musique américaine au cours des 30 dernières années.» En effet, les musiciens américains étaient fascinés par la bossa nova, avec son rythme distinctif, son instrumentation luxuriante, et ses thèmes de jeunesse, loisirs, et beauté naturelle.

 Le portugais a plusieurs points en commun avec le français, les voyelles nasales, la même prononciation pour le j et g avant le 'i' et le 'e', la cédille, le circonflexe, le 'a' bref (proprement transcrit en tant que ae ligaté dans la PIA), et le 's' intervocal est prononcé comme un 'z'. Les différences entre la phonétique portuguaise de Portugal et celui du Brésil est le fait que dans ce 2me le 's' pluriel n'est pas chuinté, le 'l' en fin de syllabe est prononcé -ao,  le 'e' final est prononcé comme le 'i' long, et dans certaines régions le 't' et le 'd' devant le 'e'  sont palatisés (tch et dj).

 

 

 

 

Assortiment de la Bossa Nova Sinfonico (Rose Max, chanteuse; Jeremy Fox, arrangeur et chef d'orchestre) au Teatro nacional de Costa Rica, 2013. Samba de uma nota só '62), Chega de saudade (musique de A.C. Jobim, paroles de Vinicius Moraes), O Barquinho Roberto Menescal, '60, Agua de beber (musique et paroles de AC Jobim, '63). Chega de saudade est considérée comme la première chanson bossa nova à être enregistrée, ça en '57 par Elizete Cardoso.

Maria Ninguém, '59, musique et paroles de Carlos Lyra, enregistrée la même année par lui-même sur son 1er album, Bossa Nova, et par Joao Gilberto sur son album Chega de saudade, également en '59. La plus belle des chansons brésiliennes. Version espagnole par Cliff Richard, Maria no mas, en '63. La version de BB est de '64.

Meditaçao, musique de Joao Gilberto, paroles de Newton Mendonça, introduite en '59 par Isaura Garcia.

Corcovado, une bossa nova, musique et paroles de Antônio Carlos Jobim, est sortie en 1960. Dès 1962, elle est reprise en version instrumentale par Cannonball Adderley et Miles Davis et en 1963 par Stan Getz et João Gilberto sur l'album Getz/Gilberto, puis adaptée en anglais sous le nom de Quiet Nights of Quiet Stars (paroles de Gene Lees) pour Andy Williams et se classe no. 15 au Billboard Hot 100. Ici c'est Andrea Motis avec le quintet Joan Chamarro.

Canto de Ossanha, '66, musique de Baden Powell de Aquino (ne pas confondre avec Robert Baden-Powell), paroles de Vinicius Moraes. Faite en anglais sous le titre Let Go par les Sandpipers en '67 ou '68.

Summer Samba (So Nice), 1966, bossa nova composée par Marcos Valle, paroles de Norman Gimbel, arrangement de Joao Gilberto.

Choopeta-Mamae eu quero, 2004, de l'album Choopeta. T-Rio est composé de Thaisa, Thayana, et Thaina Sco, des triplées née de parents chanteurs et musiciens, qui font du chant, de la danse, de la composition, et de l'actage, et parlent le portugais, l'anglais, l'espagnol, et le français. Les 3 soeurs ont pris conscience de l'importance de la forêt amazonienne dès leur plus jeune âge. C'est ainsi qu'elles gèrent le magasin Ama Zone Green Store, qui vend des vêtements inspirés de la nature pour hommes, femmes, et enfants.