Musique folklorique américaine

La musique folklorique est en contraste avec les genres populaire (qui est d'habitude urbain et dépend principalement des média de masse pour sa dissémination) et classique et comprend les sous-genres traditionnel et contemporain. On la retrouve dans le monde entier. Le terme est apparu au XIXme siècle. En définissant le type folklorique, il y a un consensus qu'on doit appliquer certains critères concernant les motifs de transmission, fonction sociale, origines, et performance.

Le type traditionnel se transmet oralement et par l'intermédiaire des familles et d'autres petits groupes sociaux; il est généralement rural; ses compositeurs sont inconnus; est joué sur des instruments traditionnels (comme les guitares acoustiques) par des amateurs; est presque toujours vocal; concerne l'identité ethnique et est associé au folklore d'un peuple; est compris par de larges segments de la population, en particulier les classes socio-économiques inférieures, et auquel ils s'identifient; change entre les générations (processus folklorique); a d'habitude des thèmes différents de ceux de la musique populaire, qui a tout le temps le thème romantique; est fonctionnel dans le sens qu'il est associé à d'autres activités, comme les rituels calendaires ou du cycle de vie, le travail (comme les «sea shanties» ou les chansons d'esclaves aux États-Unis), les jeux, et l'enculturation; et est performé par la coutume sur une longue période.

Les cafés de Greenwich Village étaient des foyers de chanteurs et d'écrivains folkloriques, tout comme les hootenanies en plein air du parc légendaire Washington Square. L'instrumental exquis du même nom par les Village Stompers en '63 est un mélange de folk et jazz, mais le texte est très folk. Il était repris en version vocale par les Ames Brothers entre autres dans la même année. La somptueuse The Rose of Washington Square est une chanson populaire datant de 1920.

La musique country était autrefois appelée folk, puis hillbilly, et après était exclue de la catégorie folk. Cecil Sharp a retracé l'origine des chansons et accents hillbilly à l'Angleterre et l'Écosse élisabéthaines dans son «English Folk Songs of the Southern Appalachians» de 1932.

Au XXme siècle, la transmission par les enregistrements et les média de masse a commencé à remplacer une grande partie de l'apprentissage en face à face. À partir des années '30 et '40, une nouvelle forme de musique folk s'est développée aux États-Unis et en Grande-Bretagne à partir du sous-genre traditionnel. Elle a émergée de la Grande Dépression. Ce sous-genre est appelé la (deuxième) reprise du folk, et étaient plus urbain, avaient des compositions originales, et était souvent politique. Cette forme est appelée contemporaine ou reprise. Elle s'est divisée en deux camps à partir des années '50: l'un continuait avec ses propres compositions, continuait souvent avec l'élément politique, et était généralement composé d'individus, l'autre reprenait les chansons des autres, était plus axé sur le divertissement, et était généralement composé de groupes, emboîtant le pas des Weavers du milieu des années '50, et comprenait des groupes tels que le Kingston Trio, Peter, Paul et Mary, les Rooftop Singers, les New Christy Minstrels, les Pozo Seco Singers, les Limeliters, et les Serendipity Singers. Mais il n'y a pas de distinction nette entre ces 2 camps. Après '65, le premier camp a fusionné avec la pop et le rock and roll, et le second s'est retiré dans la nostalgie.

 

Références

Penguin Encyclopedia of Popular Music, 1990

All-Music Guide, 1992

Oxford Family Encyclopedia, 1997

MTA, 1959, Kingston Trio. Version plus rythmée et avec le texte changé de «The Ship That Never Returned» (et en fait il y a une ligne dans MTA qui dit «He's the man who never returned»),
composée par Henry Clay Work en 1865, qui était un mélange de plusieurs chansons traditionnelles, et a vue plusieurs versions entre temps: The Train That Never Returned, The Wreck of the Old 97, The Parted Lovers, et The Prisoner's Song.

Le Kingston Trio, originaire de Palo Alto en Californie, etait fondé en 1957 et comprenait Bob Shane, Nick Reynolds, et Dave Guard. Ce dernier a quitté en '61 et était remplacé par John Stewart. Le groupe a été fondé à Palo Alto, en Californie, par Dave Guard, de l'université de Stanford, et deux de ses proches amis, Bob Shane et Nick Reynolds du Menlo College. Guard et Shane avaient tous deux été élevés à Hawaï et avaient joué ensemble au secondaire à Honolulu. Reynolds était originaire de Coronado, en Californie, fils d'un officier de carrière de la marine. Pendant ce temps, Guard et Reynolds forment le groupe Dave Guard & the Calypsonians avec 2 autres personnes. Ce groupe ne dure pas, et finalement Reynolds et Shane (de retour d'Hawaï) sont ramenés dans le Kingston Trio nouvellement rebaptisé.

En '57, ils ont été engagés au Purple Onion, un des principaux établissements de nuit de San Francisco. Au cours de cet été, le producteur de Capitol Voyle Gilmore, qui avait déjà enregistré Frank Sinatra et les Four Freshmen, les a vus jouer au Purple Onion, et un contrat de 7 ans a été signé peu après. Le groupe fait des apparitions dans des émissions de télévision comme The Dinah Shore Show, The Kraft Music Hall, et The Jack Benny Show.

Leurs représentations à San Francisco se font maintenant au plus prestigieux Hungry I, et c'est là qu'ils enregistrent leur 2me album devant un public au cours de l'été de '58. At Large, le 3me album du Trio, est le premier à être enregistré en stéréo. En '59 le trio fait la couverture de la revue Life en '59, est élu meilleur groupe de l'année par Billboard et Cashbox, remporte 2 Grammys, et joue au Newport Folk Festival.

Le groupe jouit d'une grande popularité, auprès de presque tous les segments du grand public, mais surtout auprès des étudiants, et est suffisamment apprécié par les auditeurs âgés aussi bien que les jeunes. Leur gérant était Frank Werber, l'une des personnalités les plus influentes des coulisses de la musique.

Le trio représentait 20 % des profits de Capitol pour l'ensemble de l'année '60, à une époque où le catalogue de l'étiquette incluait des légendes telles que Frank Sinatra et Nat King Cole. Ils ont enregistré aussi quelques chansons, dont "It Was a Very Good Year" (sur le long-jeu Going Places en janvier '61, musique et paroles d'Ervin Drake), qui sont devenues des succès pour d'autres.

En janvier '61, au milieu de divergences croissantes sur la direction musicale du groupe, Dave Guard quitte et fonde un quartet appelé les Whiskeyhill Singers, qui ont fait leur apparence sur la bande-sonore de la production Western à grand déploiement «How the West Was Won» ('62). Le nouveau membre est John Stewart, qui était avec le Cumberland 3.

A la fin du printemps de '64, le groupe et l'étiquette se séparent. Il a continué à enregistrer et performer, en premier pour Decca, avant de se dissoudre en '67, leur concert d'adieu étant au Hungry I le 17 juin.

Gypsy Rover (Whistling Gypsy), '61, Limeliters, compositeur inconnu. En '59 Lou Gottlieb, qui était dans le groupe folk les Gateway Singers venait d'obtenir son doctorat en musicologie, était dans l'auditoire quand Alex Hassilev et Glenn Yarbrough sont apparus sur scène pour chanter en duo dans la boîte de nuit Cosmo Alley à Hollywood. Peu après, Gottlieb, qui travaillait à l'époque comme arrangeur pour le Kingston Trio, se joint au tandem, avec Gottlieb lui-même fournissant des arrangements de chansons folkloriques traditionnelles et du matériel original.

Bientot, ils font leurs valises et part pour Aspen, dans le Colorado, pour travailler dans un club appelé le Limelite, que Yarbrough et Hassilev avaient acheté après y avoir chanté pendant la saison de ski précédente. Par la suite, ils partent pour le Hungry I à San Francisco, qui est à l'époque le centre californien du mouvement folk contemporain en plein essor. Et ils prennent comme nom les Limeliters, évidemment d'après le club à Aspen.

Leur succès est immédiat. Seulement deux jours après leurs début professionnel, le groupe a reçu des offres de 3 maisons de disques. Au début de '60, ils sortent leur premier album chez Elektra. Peu après, ils signent avec RCA et une série d'albums meilleurs vendeurs s'en suit.

Ils étaient compatibles musicalement mais pas emotionellement; Hassilev les appelait souvent "the Bicker Brothers".

De '61 à '63 ils ont fait des apparitions à la télévision, ont chanté dans des publicités, et se sont lancés dans des tournées épuisantes qui les ont amenés à performer jusqu'à 310 jours par année. En '63, le groupe survit à un accident d'avion quasi-catastrophique à Provo, dans l'Utah. Yarbrough quitte le groupe pour entamer sa propre carrière solo. Il a eu un succès numéro 12 en '65, "Baby the Rain Must Fall". Pendant un court moment, Erny Sheldon a remplacé Yarbrough avant que le groupe se dissout en '65.

Green, Green, New Christy Minstrels, '63, musique et paroles de Randy Sparks et Barry McGuire. Les New Christy Minstrels ont été fondés par Randy Sparks en 1961. Sparks performait seul à la fin des années '50, combinant musique folklorique et standards pop et jouant avec succès dans les clubs de la côte ouest et de Manhattan. Il a fait plusieurs apparitions télévisées et obtenu un contrat d'enregistrement avec Verve. En '60, il forme le groupe "Randy Sparks 3" avec sa femme Jackie Miller et le chanteur et arrangeur Nick Woods. Historien passionné de l'Americana, Sparks nomme son groupe d'après les Christy Minstrels, une formation de musiciens formé par Edwin Christy en 1842, connu principalement pour avoir introduit de nombreuses compositions de Stephen Foster. Peu après, en '61, il forme le groupe, qui comptait au début 14 membres: une fusion de son propre trio, les 4 Fairmount Singers, les 3 du Inn Group, et 4 individus. En avril '62, le groupe, réduit à 10 membres après le départ des Fairmount Singers, enregistre son premier album, Presenting the New Christy Minstrels, pour Columbia. L'album remporte un Grammy pour la meilleure performance d'un chœur et reste au Billboard 200 pendant deux ans, atteignant la 19me place.

Gayle Caldwell (aux cheveux noirs) est née Judith Gayle Geddes en 1941, et à 19 ans, elle a chanté au Carnegie Hall avec la Roger Wagner Chorale. L'une des chanteuses a quitté les NCM, et elle a été engagée pour la remplacer en '62, enregistrant par la suite 6 albums avec la formation. Elle était marié à Russ Caldwell de '58 à '63, dont elle a eu un enfant, Michelle, et à marié Dick Ziker, un cascadeur au cinéma, en '67, avec qui elle a eu un enfant aussi. En '64, elle a quitté le groupe avec Jacqueline «Jackie» Miller (aux cheveux blonds), une très bonne amie, pour former Jackie and Gayle, qui ont enregistré pour Capitol et ont participé à presque toutes les émissions musicales télévisées et les spectacles de go-go des années '60. Elles ont en outre participé à un épisode de la télé-série Wendy and Me en '64 et 2 films très B, Wild on the Beach ('65) et Wild, Wild Winter ('66). Gayle a aussi joué le rôle de Rebecca of Donnybrook Farm dans 2 épisodes de Beverly Hillbillies en '68. Et Jackie a fait un épisode chaque de les télé-séries en '68 Good Morning, World et That Girl. Gayle s'est ensuite consacrée à l'écriture de chansons. Pianiste de formation classique, Gayle a les mots et musique pour des chansons enregistrées par Frank Sinatra, Nancy Wilson, Astrud Gilberto, Eddy Arnold, Henry Mancini, et l'idole des jeunes à l'époque, Donny Osmond. Elle a en plus fait des enregistrements elle même. Jackie, née en '37, était mariée à Randy Sparks de '58 à '62 et au chanteur John Davidson de '68 à '83, avec qui elle a eu 2 enfants: Jennifer et John, fils.

If I Had a Hammer, '63, Trini Lopez (Trinidad Lopez), disques Reprise, musique et paroles de Lee Hays et Pete Seeger. Faite par les Weavers en '58 et Peter, Paul, et Mary en '62.

Les Rooftop Singers, groupe à succès unique, étaient composés d'Erik Darling, Bill Svanoe, et Lynne Taylor. Erik Darling avait déjà 10 ans de carrière sur la scène folk américaine (il était un temps membre des Weavers, fondés en '42) lorsqu'en '62 il créa le groupe spécialement pour enregistrer Walk Right In, une reprise d'une chanson blues folk de 1929 écrite par les musiciens noirs Gus Cannon et Hosey Wood, mais en lui donnant une coloration instrumentale particulière grâce à l'emploi de 2 guitares acoustiques à 12 cordes. Mais ces instruments étaient rares, uniquement fabriqués à la demande. Le disque a atteint la première place plus tard dans l'année et a donné lieu à un album du même titre. C'est quelque temps après avoir quitté les Weavers en juin 1962 que Darling entend par hasard "Walk Right In", un morceau de style ragtime enregistré à l'origine par Gus Cannon & His Jug Stompers en 1929. Bill Svanoe, ancien étudiant en beaux-arts et en économie, s'était reconverti à plein temps dans la guitare et le chant. Et Lynne Taylor était une chanteuse de jazz chevronnée qui travaillait dans les boîtes de nuit de la côte Est depuis son adolescence. Elle avait participé à des concerts avec Frank Sinatra, Sophie Tucker, et Martin & Lewis, et avait joué au Village Vanguard à New York pendant 28 semaines, pour ensuite chanter avec Benny Goodman et le groupe de Buddy Rich.

Darling avait auparavant travaillé en tant que membre d'un trio influencé par le jazz-folk, les Tarriers, qui ont connu un modeste succès avec "Banana Boat Song". Il était également apparu sur des dizaines d'enregistrements (principalement sur Vanguard, où les Weavers étaient signés) d'autres artistes à la fin des années 50 et au début des années 60 en tant que guitariste d'accompagnement, et avait sorti son propre album solo.

Je pensais quand on l'attendait à la radio en '63, quand j'avais 12 ans, que c'étaient des paroles assez étranges, et elles demeurent un peu ésotériques. Il se peut que «Everybody's talking 'bout a knew way of walking» fait référence au «cakewalk» qui était à la mode dans les années '20, mais «do you wanna lose your mind?» pourrait faire allusion aux drogues de rue et peut être aussi «let your mind roll on». Gus Cannon en parle un peu, disant que c'était inspiré par une femme qu'il avait rencontré à son domicile. Mais ça n'explique pas toutes les lignes. En tout cas, avec sa coloration spéciale et son nouvel arrangement et sa mélodie, elle reste une gemme.

Le groupe a joué au Newport Folk Festival en '63, mais leur popularité n'a duré qu'un an environ. Le trio sort d'autres 45-tours, dont "Tom Cat"--qui perd beaucoup de son élan lorsque certaines stations de radio l'interdisent en raison de ses paroles suggestives--et "Mama Don't Allow", et deux albums, Good Time et Rainy River. Lynne Taylor quitte en '66 et est succédé par Patricia Street.

Don't Let the Rain Come Down (There was a Crooked Man), '64, Serendipity Singers. Enregistrée pour la première fois sous le titre "Crooked Little House" par Jimmy Rodgers en '60, sur son album At Home with Jimmy Rodgers - an Evening of Folk Songs, écrite par Ersel Hickey et Ed Miller. L' arrangement était fait par le directeur musical du groupe, Bob Bowers, et 2 des membres du groupe de 9, Bryan Sennett et John Madden. La production était par Bob Bowers et Fred Weintraube. Elle est sortie sur leur premier album appelé tout simplement, The Serendipity Singers.

Elle est basée sur une comptine anglaise "There Was a Crooked Man", publiée pour la première fois par James Halliwell en 1842, qui a gagné en popularité au début du XXme siècle. La majorité des sources disent que ce poème trouve son origine dans l'histoire britannique, plus précisément dans la période du roi écossais des années 1600, Charles Ier d'Angleterre. L'homme croche est réputé être le général écossais Alexander Leslie, qui était pas mal un mercenaire, combatant pour les armées néerlandaises et suisses, en ples de celle de l'Écosse, faisant un montant considérable. L'entendement de 1683 liait les parlements écossais et anglais («crooked house»). Leslie a mobilisé son armée d'Edenbourg à la frontière avec l'Angleterre (le «crooked mile» et le «crooked stile», ce dernier étant la frontière). Lors du grand remaniement de la monnaie vers 1696, les pièces de 'six pence' étaient faites d'argent très fin et se pliaient facilement, devenant ainsi "croches''.

Mais il y a aussi des sources qui suggèrent qu'elle est originaire de Lavenham, village autrefois prospère de marchands de laine, près de Londres, ayant été inspirée par ses maisons à colombages multicolores penchées à des angles irréguliers comme si elles se soutenaient les unes les autres.

Il se peut que ce poème a une morale en même temps. L'image d' "un homme croche" qui vit dans "une petite maison croche" pourrait être vu comme une illustration expressive de certaines situations sociales. Elle pourrait être synonyme d'être différent de quelque manière que se soit, qu'il s'agit de trouver une identité, et qu'il y a une place pour tout le monde. Mais un homme croche pourrait aussi être vu comme un homme malhonnête qui a ce qu'il lui revient--une existence croche.

Les Serendipity Singers Ce groupe folklorique de 9 membres a débuté à l' Université du Colorado avec 7 membres qui s'appelait les Newport Singers, qui a commencé en un trio composé de Mike Brovsky, H. Brooks Hatch, et Bryan Sennett. Les chanteurs folkloriques Diane Decker et Tommy Tiemann, originaires du Texas, qui se produisaient en duo et étaient déjà des vétérans de la télévision. Ils ne décrochent pas immédiatement un contrat d'enregistrement, mais ils passent une audition pour participer à Hootenanny, la prestigieuse émission hebdomadaire de musique folk à ABC-TV, où ils apparaissent plusieurs fois au cours de la saison, se présentant comme les Serendipity Singers, en référence à leur bonne chance. Ensuite c'est un contrat d'enregistrement avec Philips.

Leur premier album a donné un succès numéro 6 au Billboard sous la forme de "Don't Let the Rain Come Down (Crooked Little Man)". Propulsé par la popularité du 45-tours, le long-jeu The Serendipity Singers s'est retrouvé en tête du palmarès d'albums Billboard pendant 29 semaines en '64.

Tous, à l'exception de Lynne Weintraub, avaient déjà travaillé ensemble dans divers trios avant de se réunir pour former les Newport Singers.

En 1963, ils ont déménagé à New York à cause d'un télégramme offrant un contrat d'enregistrement, où ils ont ajouté Tom Tiemann et Diane Decker, un duo de folk et étudiants de l'Université du Texas, qui ont parut au Arthur Godfrey Show; ont acquéris le nouveau nom; ont joué à Greenwich Village, performant au Bitter End, un des plus importantes boîtes de nuit et ont acquis comme gérants Fred Weintraub and Bob Bowers, 2 des propriétaires du club; et ont été signés à 6 apparitions à Hootenanny à l'automne de la même année. Le succès de l'exposition télévisée a aidé le groupe à décrocher son premier contrat d'enregistrement, ça en '64 avec Philips. La chanson a été nominée pour un Grammy au 7me Grammy Awards (leur seule nomination à ces prix) en '65 pour la meilleure performance par un chœur.

Le groupe a également fait un disque jeu prolongé en langue française intitulé "Chantant en Français", qui comprenait une version française de la chanson des Beatles, "Et je l'aime".

Ils ont sorti 6 albums avec Philips avant la fin de '65 et ont parut à des émissions de télévision, notamment Hollywood à Go-Go, Dean Martin, The Tonight Show, et Shindig. Leur succès initial, cependant, a été freiné par l'impact continu de la Invasion britannique, et en seulement deux ans, le son du groupe semblait démodé au jeune public et les ventes d'albums successifs ont diminuées, ce qui était arrivé aussi aux autres groupes folkloriques états-uniens et au surf. Lynne Weintraub a quitté en '65 et a été remplacée par Patti Davis après un processus d'audition qui a attiré plus de 1500 chanteuses. Tom Tieman, le ténor, était le suivant à partir, remplacé par John Bennet Perry. En '66, Diane Decker et Patti Davis ont quitté et ont été remplacées par Lana Shaw et JoAnne. Leur dernière année avec Philips était '66. Ils ont fini la décennie avec UA, de '67-'69.

Goin' Where Those Chilly Winds Don't Blow, '64, Serendipity Singers, compositeur et auteur inconnus. Enregistrée par Papa Charly Jackson en 1925 et les Seekers en 1963.

I'll Be Gone, Pozo Seco Singers, '66, musique et paroles de Michael Merchant, produit par Bob Johnston, Columbia. Susan Taylor, née en '47, a commencé à jouer de la guitare, à chanter, et à monter sur scène à l'âge de 10 ans à Tulsa avec un nommé Dick Gordon. Elle a participé au Sun Up Show à Tulsa, parmi beaucoup d'autres évènements musicaux. Elle a déménagé au Texas quand elle avait 15 ans en '62. Pendant ce temps, au début des années '60, Don Williams et Lofton Kline ont performés ensemble dans la région de Corpus Christi, en tant que duo appelé les Strangers Two. À la même époque, Susan, étudiante au secondaire W.B. Ray, s'était produite avec un groupe de musiciens connu sous le nom de Corpus Christi Folk Music Society, du quel elle a été l'un des fondateurs. L'amant de Taylor à l'époque, qui fréquentait Del-Mar College, et qui était lui-même dans un groupe musical, le Circle K, organisait les hootenannies à Del-Mar où elle a rencontré Williams et Kline. En apprenant qu'ils avaient des goûts musicaux compatibles et qu'ils s'harmonisaient bien, ils ont décidé de former un trio. C'est son amant qui a suggéré le nom qui s'inspire d'un terme de champ pétrolifère espagnol désignant un puits sec, comme il travaillait pour devenir géologue. Leur gérant était Albert Grossman, qui était un des gérants les plus importants--il gérait Peter, Paul, and Mary, Bob Dylan, Ian and Sylvia, Gordon Lightfoot, et j'en passe.

Michael Merchant, un ami de Susan, membre de la Folk Music Society, et aussi un étudiant, est parti à l'université à l'automne de '64. Pendant les vacances de Noël de cette même année, il est rentré chez lui et présenta au trio nouvellement formé une chanson qu'il avait récemment écrite, intitulée "Time", qui est d'une profondeur assez exceptionnelle. Ses 2 confrères étaient pas trop enthousiastes au début, mais elle disait que c'était vraiment spécial. C'est devenu un grand succès, et le groupe a parut à plusieurs émissions de télévision comme le Joey Bishop Show et le Pat Boone Show. La chanson est inclut dans mon ensemble de vidéos Chansons de temps. Les albums sont Time (Columbia, 1966), I Can Make it With You (Columbia, 1967), et Shades of Time (Columbia, 1968).